Compréhension de l’harmonie à Deux voix

 

Attention ,ceci est un point de vue très personnel loin de tout académisme.

Deux notes simultanées forment un intervalle tandis qu’un plus grand nombres de notes forme soit un accord soit un agrégat. (Les noms diffèrent selon les écoles et les périodes concernées .)

En gros, le  contrepoint utilise les intervalles et l’ harmonie les accords. En toute logique, l’écriture à deux voix est du ressort du  contrepoint.

Cependant, le contrepoint est antérieur à la musique tonale et ses règles, justifiées par les intervalles pythagoriciens, sont quelque peu obsolètes avec l’apparition du tempérament égal.

D’autre part, l’harmonie tonale prend ses sources dans le contrepoint et en partage donc une partie de ses règles tout en  créant  une imprécision tonale dans l’écriture  à deux voix. C’est sans doute là la raison de la rareté  des écrits sur le sujet.

Hindemith est certainement un des plus illustres contributeurs  à l’adaptation  tonale du contrepoint mais sa méthode très sophistiquée peut être un peu difficile pour commencer.

Cet article vise à dégager une implication fonctionnelle des intervalles à partir de considération tonales

1°)Les  Gammes

La musique tonale comprend deux modes: Le mode majeur  et le   mode mineur qui apparaît sous trois aspects :

-La gamme  naturelle ou  mélodique descendante  similaire à la gamme   éolienne avec une sous tonique  (subtonic) à la place de la sensible.

-La gamme mineure harmonique qui diffère de la gamme mélodique descendante par la présence d’une sensible (leading tone).

-La  gamme mélodique  ascendante qui possède un sixième degré altéré pour corriger l’intervalle augmenté crée par la sensible.

2°) Accords triadiques

La superposition de deux tierces sur chaque degré de la gamme crée 4 types d’accords.

  1. L’accord Majeur  formé d’une tierce majeure et d’une tierce mineure (en partant du bas)
  2. L’accord Mineur formé d’une tierce  mineur et d’une tierce  majeure.
  3. L’accord diminué (qui n’appartient pas à l’harmonie consonante)  fait de deux tierces mineure
  4. L’accord de quinte augmentée   qui superpose deux tierces majeures  (n’appartient pas à l’harmonie tonale)

 

3°)Les degrés  de la gamme

Les degrés ne sont pas d’égale  importance

Les plus  importants  ont  I-IV-V qui sont les accords  principaux  ou forts qui peuvent être majeurs ou mineurs selon le mode.

Les autres degrés sont faibles ou très faibles  et peuvent être de tout types en fonction des modes.

 

4°) Inversion des accords

Tout accord de trois sons possède deux inversions mais certaines sont inusitées.

D’une façon générale, seuls  les accord forts  peuvent être inversé sans restriction.Les accords  II et  VII  peuvent être   inversés sous certaines  conditions.Les autres accords ne sont normalement pas renversés en dehors des marches harmoniques.

Le premier renversement  transforme la quinte  en sixte

Le second renversement  transforme la tierce en quarte. Ces accords nécessitent des précautions

 

Les Inversions entraînent donc un changement de structure

5°) Omission de note

Lorsque que l’harmonie à trois ou 4 voix nécessite un accord incomplet on supprime généralement la quinte . Donc,à deux voix un accord à l’état fondamental ( root position) apparaît sous forme d’une tierce ( Majeure ou or mineur).

La tierce est évidemment la seule qui puisse être omise dans l’accord de quinte diminuée.

En  harmonie tonale la  tierce peut être omise dans l’accord de Dominante  et de  Tonique si la tonalité est bien  établie. Donc un intervalle de  quinte signifie  un accord V ou I

-L’intervalle de sixte signifie un premier  renversement 

La  quarte peut être  omise  dans un accord de 4/6  cadentiel  ou  sur le deuxième renversement  du  VII degré  en passage(sur temps faible)

L’omission de la  sixte peut apparaître   dans   I6 ,V6  et  VII4/6; ils sont alors sous la  forme  d’une tierce mineure

6°)Analyse

3 signifie soit un accord fondamental  5/3 ou un premier renversement  6/3.

Ainsi   CE =CEG ou CEA

6 est soit 6/3 soit 6/4. EC= EGC  ou EAC

Les accords forts (I-IV-V) ont la priorité dans l’interprétation des Intervalles .

Donc  CE  = CEG=I5   en Do majeur mais CE=CEA=I6 en la mineur

La préséance est

I >VI>III  donc EG =EGC=I6 ,et non  EGB=III5 (en Do Maj)

V>III GE= GEC= I4/6, et non  EGB=III5

IV>VI

mais  IV = II

partir de ces  considérations  nous pouvons  établir  les règles suivantes

7°) La Position rythmique

est la dernière considération  à prendre en compte: Les accords inversés et les accords faibles sont préférablement placés sur les temps faibles.

Postlude:

Bien que la logique soit  différente  de la méthode classique d’étude du   contrepoint,  l’usage  des règles ci-dessus montre la similarité de résultats  avec les règles classiques d’écriture donc    Beaucoup de bruit pour rien, j’aurais ,au moins,essayé une simplification et nous aurons survolé l’école française avec une une adaptation du système anglo-saxon.

Transposition tonale

Transposer signifie jouer dans une autre tonalité..
Il y a 2 principales raisons de transposer:

    • Se placer dans un registre plus confortable notamment pour les chanteurs ou pour faciliter le jeu instrumental comme par exemple dans la symphonie inachevée de Schubert:Le choix de la clarinette en A évite un doigté très  difficile et donc un phrasé très incertain
      inachou dans, d’autres cas ,augmenter  l’étendue  d’un timbre instrumental:La clarinette en A  permet d’atteindre le C# (en son réel) au lieu du D de la clarinette Bb
    • Ecrire pour un instrument transpositeur,c.a.d qui sonne différemment de la partition écrite

Dans le cas des instruments transpositeurs le but est de pouvoir changer d’instrument et d’avoir le même doigté. Ainsi , un saxo alto et un saxo ténor joueront pareillement C D E mais on entendra Eb F G à  l’alto et Bb C D pour le ténor.

Technique de transposition (particulièrement utile pour la transposition à vue)

  1. Déterminer l’intervalle de transposition c’est à  dire la différence entre la tonalité d’origine et C (0 altération)
    Il y seulement 3 pas possibles
  2. Renommer les notes à  l’aide des clefs
    Pour déterminer la clef de transposition

      • Ecrire la note transposante(Bb pour la clarinette Bb) en clef de SOl
      • Appeler cette note Do
      • chercher la clef correspondante qui est C,F ou G placée sur une des 4 lignes inférieures de la portée

  3. Adapter l’armature
  4. La difficulté réside dans les notes mobiles du mode mineur

Remarque les altérations ne sont pas pris en compte dans la détermination des clefs

Méthode pratique

Nous avons vu qu’il n’y avait que 3 pas reversibles de transposition qui ajoutent ou soustraient des dièses ou bémols à  la tonalité d’origine
La direction est donnée par la clef.

Voici un tableau qui indique la clef dans laquelle il faut lire et les changements d’armature qu’il faut opérer

Pour Jouer en son réel la partie transposée on prend la partie alternative ayant le même nombre de pas

exemple: pour jouer la partie de hautbois (C)avec une clarinette Bb : utiliser la clef d’ut 3 (C3)et ajouter 2 #

Pour jouer la partie de clarinette Bb avec le hautbois :Utiliser la clef d’ut et ajouter 2 bémols (ou soustraire 2 b)


Les instruments transpositeurs
Plus d’infos sur les clefs

Plus d’infos sur les armatures